La Baie James est un territoire qui peut sembler intimidant. C’est une route qui exige un peu de préparation mais elle reste accessible à tous et pour tous les types de véhicules. En fait c’est un must à ajouter à ta bucket list! Pour découvrir des espaces majestueux, mais encore plus pour se rapprocher des traditions autochtones. Les Cris y vivent en harmonie avec la nature et bien qu’un jour nous avons pensé qu’ils avaient à apprendre de nous, j’ai aujourd’hui la certitude que ce soit l’inverse.

À savoir avant de partir:

Bien que la route soit bien entretenue, il vaut la peine de s’équiper de bons pneus de type LT. Vous devriez surveiller cette page Facebook qui donne l’état de la route et vous pourrez anticiper les quelques endroits où il faut porter attention. Si vous survivez l’échangeur Turcot après le dégel vous êtes en mesure de traverser la Baie James. Si vous angoissez quand vous êtes hors du réseau cellulaire, vous pouvez considérer la location d’un téléphone satellite mais ce n’est pas réellement nécessaire. Il y a de la couverture dans la plupart des communautés, toutefois la route principale n’en traverse aucune. Vous trouverez du WiFi et des douches au relais du KM 381, et ce sera d’ailleurs le seul endroit pour faire le plein entre Matagami et Radisson. Si vous roulez au diesel ne soyez pas inquiets vous en trouverez partout. Ne vous faites pas d’illusion sur les épiceries fines et remplissez votre frigo ou votre cooler avant de quitter. Les produits de base seront disponibles mais si vous êtes du type « je ne pars jamais sans mon lait de soya bio » assurez-vous d’en avoir assez pour le voyage! Finalement, vous repèrerez simplement plusieurs haltes (aucun service) pour admirer le paysage ou pour y passer la nuit.

Nos arrêts préférés.

Il y a beaucoup plus que la chasse ou la pêche à la Baie James et l’aventure commence dès qu’on passe Amos sur la 109. Le lac Paradis au KM 133 vaut la peine d’être vu avec sa couleur unique rappelant les lacs turquoise de l’Ouest canadien. Je vous mets au défi pour une petite baignade.

C’est à Matagami que les 620 kilomètres de la route de la Baie James débutent officiellement, et à environ 30 minutes au nord de la ville se situent Les Écogîtes Matagami. En plus du lac avec ses couchers de soleil fabuleux, Pierre offre une initiation à la mycologie des plus intéressantes. Ça vous évitera de choisir le mauvais bollet lors de votre prochaine excursion en forêt avec vos chums.

Au KM 237 se trouve le croisement pour la communauté de Waskaganish. La rivière Rupert est à voir!

La halte du KM 257 vaut le détour.

Le pont de la rivière Eastmain au KM 395, une merveille d’architecture.

À Radisson, il y a bien sûr l’impressionnante centrale hydroélectrique LG2. J’étais sceptique envers cette visite mais je ne le regrette absolument pas. Nous oublions à quel point nos grands projets hydroélectriques ont façonné le Québec moderne. Ne manquez pas l’évacuateur de crues et la tour d’observation.

Une rencontre inoubliable avec la nature grâce à Sylvain Paquin.

Ensuite nous avons pris la fameuse route du Nord, 400 kilomètres de gravier qui connectent le KM 275 de la route de la Baie James avec la route 167 juste au nord de Chibougamau. Bien qu’Hydro-Québec maintienne la route, renseignez-vous sur les conditions avant de vous y aventurer. Vous trouverez du gaz et du réseau cellulaire à Nemiscau.

Nous avons ensuite participé à notre premier Pow Wow et c’est de loin notre coup de coeur du voyage. Nous avons fait celui de Mistissini mais il y a un circuit qui s’étend durant tout l’été. Je vous encourage à vous familiariser avec les règles à suivre lors de ces rassemblements sacrés.

Finalement, sur le chemin du retour nous avons visité Oujé-Bougoumou et son fameux musée. Nous sommes arrêtés chez les légendaires Anna et David Bosum qui vous plongent au coeur des traditions ancestrales autochtones à leur camp Nuuchimi Wiinuu. À faire!

La Baie James est une route pour ceux qui désirent sortir des sentiers battus et se retrouver seuls avec l’immensité de la nature du Québec. Prenez le temps d’apprécier la puissance du débit des rivières et le son du vent à travers les conifères. La faune est abondante et pour l’observer il faut savoir se fondre avec les éléments. Souvenez-vous que les animaux se montrent à vous seulement s’ils le veulent. Notre moment passé avec la meute de loups était un réel privilège! Dans le Nord, vous trouverez  peu de connexion cellulaire mais vous vous sentirez reconnecter avec tout un univers comme jamais.


Un merci énorme à tous ceux que nous avons rencontrés sur la route. Merci spécial à notre ami globe-trotteur et talentueux photographe David Mamàn. High five à JF Lefebvre pour les belles images comme toujours.

Voici les lieux principaux et les noms des gens que vous voyez dans le vidéo:

0:06 Sur la route menant aux Écogîtes Matagami
0:34 Feux sur la plage du lac Matagami
0:43 Pont de la rivière Eastmain (KM 395)
1:01 Lac Paradis, KM 133 entre Amos et Matagami
1:08 Initiation aux champignons sauvages aux Écogîtes Matagami
1:10 Halte Rupert (Route du Nord)
1:19 Tour d’observation LG2
1:22 Spot secret (Contactez Sylvain Paquin)
1:29 Rivière Rupert (Waskaganish)
2:03 Lac Matagami
2:19 Pow Wow à Mistissini
3:00 Waskaganish
3:09 Évacuateur de crues, LG2
3:18 Halte au KM 257
3:24 Nom du groupe: Northern Voice
3:30 Irene
3:31 Bosum family
3:32 Gordon
3:36 Sylvain le drôle d’animal
3:37 Pierre et Catherine
3:43 Paula

Projet rendu possible par:
Tourisme Eeyou-Istchee Baie-James
Tourisme Cree
Quebec Original