Depuis février, il est enfin possible de visionner les épisodes de notre première série télévisée La Belle Vie avec Go-Van chaque jeudi sur les plateformes d’UnisTv.

La Belle Vie avec Go-Van a pour mission de faire découvrir non seulement la van life, mais également différentes alternatives à nos habitations traditionnelles. Je voulais alimenter une réflexion plutôt que de donner une leçon. J’espère que vous avez pu trouver certaines idées intéressantes que vous pourrez intégrer dans votre quotidien. Et si la série vous a fait rêver ou simplement voyager un peu durant le confinement, ce sera tant mieux aussi. Je remercie d’ailleurs ceux qui ont le pris le temps de nous envoyer des messages durant la saison. Ça nous a fait beaucoup de bien!

Maintenant que la première saison de La Belle Vie avec Go-Van est terminée, j’ai pris le temps de repasser à travers les différentes photos prises durant les tournages. Ça m’a inspiré quelques phrases ou moments inédits pour chaque épisode. Les voici en rafale avec les liens pour voir (ou revoir) certains épisodes.

La vie en géonef avec Marie, Francis et la petite Emma

La Belle Vie

Cette petite famille unique m’a permis de réaliser qu’il est possible de vivre dans une belle maison tout en respectant l’environnement. Leur grande expérience en agriculture urbaine leur a bien servi afin de faire un grand pas vers l’autosuffisance. Je vais d’ailleurs m’en inspirer pour mes futurs jardins. Durant ce tournage, j’ai aussi compris que j’étais maladroit avec les œufs ainsi que les pauvres poules!

La vie sur l’eau avec Bonnie

Cet épisode est parmi ceux qui ont généré le plus de commentaires et d’admiration! Je dois dire que l’énergie et l’audace de Bonnie méritent un grand respect. La jeune entrepreneur d’à peine 30 ans ne manque pas de projets et n’a peur de rien. J’ai pu passer la nuit sur une de ses maisons flottantes. En fait, le « Nelly » est plutôt un radeau avec un toit et ne se compare pas réellement aux autres maisons qu’elle loue. J’ai bien aimé mon expérience malgré le mouvement continuel, le son de l’embarcation qui frappait une branche d’arbre à chaque vague et les araignées d’eau énormes qui faisaient la vigie dans le coin des murs. C’est aussi dans cet épisode que le copain de Bonnie, Jacques, m’a montré qu’il était possible de développer une relation étroite avec un oiseau de proie. Si la majorité des gens ont un chat ou un chien, lui a un hibou grand-duc dans sa cuisine!

La vie dans une mini-maison avec Jessie


J’étais bien heureux de démontrer dans cet épisode que de vivre « petit » pouvait également se faire dans une grande ville! Jessie a réussi à s’établir en plein cœur d’Halifax dans sa mini-maison et elle nous a très bien reçu. J’ai du travail à faire sur ma danse « swing », mais au moins, j’ai eu beaucoup de plaisir à rencontrer la gang là-bas. Je pensais bien avoir trouvé un endroit parfait pour camper sur le bord de l’océan, mais la sécurité nous a malheureusement averti. Ça fait partie de la vie en van. Au moins, le gardien nous a donné une alternative à deux pas de là. J’adore la Nouvelle-Écosse!

La vie en communauté avec An et Jeremy

La Belle Vie

Pour plusieurs épisodes, le tournage demandait quelques moments d’adaptation à notre arrivée. Il faut savoir qu’une belle équipe travaille en amont pour faire la recherche et tout coordonner avant que nous soyons sur les lieux. Je les en remercie d’ailleurs! Cela ne change pas que tous les appels et les courriels ne remplaceront jamais le premier contact entre l’équipe (surtout l’animateur) et les sujets, qui devront dédier deux jours précieux de leur vie pour le tournage de l’épisode. L’accueil de la communauté à Snow Lake Keep a été parmi les plus chaleureux. An et Jeremy m’ont rapidement intégré au reste du groupe. Ils m’ont fait visiter les différentes maisons, plus belles les unes que les autres.

Le fondateur, Derek, est celui qui a développé les principes de construction et instauré les grandes règles de fonctionnement. Tous doivent être d’accord pour qu’une décision se prenne! C’est également dans cet épisode que j’ai appris à couper une tête de poulet. Je vous jure que c’est plus difficile que ce que vous pensez. Mon équipe a préféré garder la surprise en m’annonçant cela la veille. Heureusement, j’ai été bien conseillé par Janice. Sur une propriété autosuffisante comme Snow Lake Keep, si on veut manger du poulet, il faut sortir la hache!

La vie sur la route avec Dominick Ménard et le duo Jacob et Isa du Mixbus 

La Belle Vie

Je ne pourrais même pas considérer ce tournage comme du travail tellement c’était l’fun! Je voulais présenter deux types de véhicules et autant de profils de nomades à temps plein. Il y en a de plus en plus et que chacun réussit à vivre de sa passion grâce à sa créativité. Dans le cas de Dom Ménard, à bord de mon Safari Condo je lui ai montré un beau spot de camping. En retour, il m’a donné des trucs pour m’améliorer en vélo de montagne dans les sentiers de la Vallée du Bras-du-Nord! Je lève mon chapeau à notre caméraman Sacha qui nous a suivi en courant à vive allure entre les arbres afin de capturer des séquences en pleine action!

Pour finir cet épisode, ce fut un réel plaisir de suivre Jacob et Isa du Mixbus dans un festival unique. Dès notre arrivée, nous nous sommes laissés emporter par l’ambiance familiale qui régnait. Le site est un ancien camp de vacances et ça donne un style vraiment particulier à l’événement. Et que dire de notre rencontre avec le légendaire Macias Portelance. J’ai eu droit à un baptême dont je me souviendrai toujours!

La vie sur un bateau d’exploration avec Guillaume et la gang du Activ

La Belle Vie

Je ne pensais pas que les mots poésie, romance et goélette pouvaient se retrouver dans une même phrase! Il faut être passionné pour partir en mer durant des mois avec un équipage d’une quinzaine de personnes. Les couchettes sont très petites et les divertissements sont assez limités. De plus, la plupart des gens qui devaient prendre part à cette aventure sur le Activ étaient bénévoles. Être matelot est une vocation en soi. Bien qu’on pense au manque de confort en premier, lorsque nous échangeons avec les membres de l’équipe, on se rend compte que rien ne peut battre la vue d’un lever de soleil au milieu de l’océan. L’équipage m’a mis au défi de monter dans les cordages au sommet du mat. Ils m’ont fait la surprise de tous m’accompagner! Ce fut pour moi sans aucun doute un fait saillant de la saison.

La vie sur une ferme ancestrale avec la famille Leblanc

Robin et sa famille se sont donnés une mission peu ordinaire: celle d’être très près de l’autosuffisance alimentaire! Combien de gens rêvent en ce moment de ne pas avoir besoin d’aller à l’épicerie? Et n’y a-t-il rien de plus gratifiant que de savoir exactement ce qu’il y a dans son assiette et celles des membres de notre famille? Robin est un personnage singulier qui maîtrise des savoirs qui deviendront de plus en plus rares. Je souhaite au moins me souvenir de sa recette de fromage à poutine! Cet épisode a suscité beaucoup de commentaires et avec raison. Toute la famille est remplie de talents.

La vie de famille en autobus avec la famille Pruneau

La Belle Vie

Quel bonheur de parcourir l’Île-du-Prince-Édouard avec la famille Pruneau! Étant des amis depuis déjà quelques années, je savais que ce tournage serait des plus agréables. Le duo de Fanny et Jacob est un beau modèle pour Karo et moi à plusieurs niveaux. Puis, les enfants qui ont l’expérience de la « route » m’épatent toujours par leur débrouillardise! Léandre sera probablement humoriste plus tard. Quant à Blanche, elle a tout le talent pour être une scientifique de renommée mondiale tellement elle connaît de choses pour son âge. L’autobus converti permet à la famille de rouler à leur rythme. J’ai été fasciné par les belles valeurs que ce Blue Bird transporte à son bord.

La vie sur un voilier avec Tom

Cette rencontre aura été une leçon de vie pour tous les membres de l’équipe. J’ai toujours eu de l’admiration pour les gens qui ont eu plusieurs  « vies ». C’est-à-dire, les gens qui ont su se réinventer en fonction du lieu où ils habitent ou des différents événements auxquels ils ont dû faire face. L’épisode sur Tom Gallant n’était pas dans notre plan au départ, mais plus nous approchions de Lunenberg, plus la légende de Tom se faisait présente. Ce septuagénaire a connu la gloire, tout comme plusieurs déboires. Le grand amour et la solitude. La grande aventure ainsi que l’isolement sur son bateau. Son histoire est tout aussi merveilleuse que sa recette de seafood chowder!

Une vie d’échanges et de collaborations avec Marianna

La Belle Vie

Cela faisait longtemps que l’île Manitoulin était sur ma bucket list. Or, se rendre là-bas est une bonne trotte! J’ai eu la chance d’y entrer par l’impressionnant pont pivotant et de ressortir par le traversier qui assure la navette avec Tobermory sur la péninsule Bruce. La permaculture est un sujet fascinant tout comme l’a été ma rencontre avec Marianna. Si vous avez la chance d’aller les voir, ils acceptent les vanlifers qui sont de passage pour quelques dollars. Vous pourrez même mettre l’épaule à la roue dans les récoltes!

La vie dans une yourte

La Belle Vie

Est-ce possible de vivre à temps plein dans une yourte au Canada? Le sourire de Beige en était un beau témoignage! Je crois que ce serait un peu trop isolé pour moi mais je dois dire qu’elle semblait très bien dans sa forêt avec son chien. Et comme je le dis dans cet épisode de la Belle Vie avec Go-Van, il est certain qu’elle met toutes les chances de son côté pour lire, apprendre, créer et faire toutes ces choses qu’on met de côté lorsqu’on a Netflix pour se ramollir le cerveau à la place!

Ma visite chez la famille Lishman en est une des plus marquantes également. Ce n’était pas prévu à l’horaire! Je remercie l’équipe et le diffuseur d’avoir pu réagir aussi rapidement, car une occasion comme celle-ci est unique. Je crois que je suis encore mystifié par le talent qui coule dans les veines de cette famille. J’aurais tant aimé rencontrer le regretté Bill en personne…

La vie sans dettes avec Craig et Connie

Les earthships ou géonefs sont de plus en plus répandus à travers le monde bien qu’encore méconnu. Il y a quelques années, j’ai eu la chance de visiter la communauté où tout a commencé, à Taos au Nouveau-Mexique. Craig et Connie ont suivi pratiquement le mode de construction que prêche cet architecte visionnaire nommé Michael Reynolds en y adaptant quelques éléments pour le climat canadien. Le résultat est superbe! Leur projet leur a pris 7 ans à construire. Il a coûté sous les 75 000$, et ils ont inspiré deux voisins à construire aussi leurs géonefs. Ces gens ont le même objectif: celui de vivre sans dettes. Ça me parait faire bien du sens comme but!

La #Viedevan avec la communauté Go-Van

La Belle Vie

Le festival El Campo est notre party de famille de fin de saison. L’événement ne cesse de grandir depuis quatre ans. Plusieurs personnages rencontrés durant les tournages font partie de la belle gang qui revient chaque année. Alors, l’occasion était parfaite pour clore cette saison de La Belle Vie avec Go-Van! Avec le groupe Clay and Friends qui a offert tout une performance, le dernier épisode se termine de manière festive. L’organisation d’un tel événement est très exigent. Heureusement, je peux compter sur une belle équipe et des bénévoles extraordinaires. De notre ami Guy Gaudreault à notre fidèle capitaine Mac, je suis bien heureux que vous puissiez rencontrer plusieurs personnages qui m’inspirent à poursuivre le projet Go-Van!

En terminant, merci à l’équipe qui a rendu la série La Belle Vie avec Go-Van possible! Leurs noms sont tous au générique, mais il y a la petite équipe sur le terrain et derrière la logistique, la recherche, le financement etc. Bravo à Urbania pour la production. Et bien sûr, merci à toute l’équipe chez TV5/UNIS d’avoir cru au projet et pour l’avoir propulsé à un niveau encore plus élevé que je n’aurais jamais pu l’imaginer!